Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Patrimoines en Lettres et Langues


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Espace Orphée

    Espace Orphée

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Le mythe d’Orphée dans la littérature latine : textes et traductions, problématiques et enjeux, intertextes et réécritures

    Emmanuelle Raymond-Dufouleur

    et les étudiants de Master 1 LLPC Lettres – Promotion 2019-2020

    présentent

     

     

     

     

    Le mythe d’Orphée dans la littérature latine :
    textes et traductions, problématiques et enjeux, intertextes et réécritures

     

    Introduction 

    De Claudio Monteverdi à Christoph Willibald Gluck, de Gustave Moreau à la chorégraphe Pina Bausch, de Jean Cocteau à Marcel Camus, le mythe d’Orphée a profondément inspiré la culture occidentale dans des domaines aussi divers que la musique, la peinture, la danse ou le cinéma. Entre pulsions de vie et pulsions de mort, entre mythe et sacré, entre puissance carminative d’un chant extraordinaire et souffle quasi-magique du sacerdos père des cultes orphiques, le personnage d’Orphée fait surgir au cœur de notre civilisation des thématiques universelles.

    Les métamorphorses et mutations du mythe ont dessiné des mythèmes que les étudiants du Master 1 LLPC – Promotion 2019-2020 – ont étudié dans 4 dossiers-articles proposés ici à la lecture. Sont évoqués tour à tour les questionnements existentiels autour de l’échec de la catabase d’Orphée, la tragique relation amoureuse entre Orphée et Eurydice, mythe à part entière s’il en est, la réception littéraire et les variations poétiques de Virgile à Ovide et enfin les fonctions sacerdotales du prêtre-poète. 

    Avant d’entrer au cœur du mythe et de ses enjeux, les pages qui suivent proposent une traduction de textes souvent connus mais dont la lettre est quelquefois perdue au profit d’une vision plus atténuée du mythe. Le lecteur familier des langues anciennes pourra retrouver la beauté des vers antiques mais aussi toute la violence et l’éclat des vers racontant l’histoire du chantre de Thrace…  

     

     


     

    Orphée, Gustave Moreau, 1865
    Paris, Musée d'Orsay