Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Patrimoines en Lettres et Langues


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Archives Anthony Burgess

    Archives Anthony Burgess

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Anthony Burgess, un homme, Angers, des archives...

    ANTHONY BURGESS


    I. Les archives Burgess

    Les archives Burgess se composent de deux importants ensembles de livres ayant appartenu à Anthony Burgess : la bibliothèque de sa maison de Provence et la bibliothèque de Malte.


    Le fonds Anthony Burgess présente donc :

    • La bibliothèque de Malte, d'environ 1800 volumes ; elle est composée essentiellement de livres en anglais. On y trouve quelques livres remontant à la jeunesse de Burgess : collection du Punch, et livres scolaires.
    • Des livres dédicacés à Burgess par leurs auteurs.
    • Des éditions des œuvres d'A. Burgess lui-même, en anglais, avec quelques traductions dans d'autres langues.  Quelques volumes   comportent des corrections et additions manuscrites.
    • Des ouvrages portant un ex-libris de la main de Burgess. 
    • Des témoignages de la vie familiale de Burgess : livres ayant appartenu à sa femme, à son fils Andrea.
    • Un ensemble de manuscrits, carnets et partitions musicales qui ont été retrouvés parmi les livres.

    Les archives comportent aussi des objets personnels : orgue électrique, table, cartable, machine à écrire, coffret à cigares et un album de photos de famille, document précieux pour ses biographes et chercheurs parce qu’il n’existe pas d’autres documents photographiques des jeunes années de Burgess.


     

    Le fonds Anthony Burgess doit son existence « à la générosité de Liana Burgess » selon Ben Forkner, et à la dévotion de Ben Forkner à  l’université d’Angers, selon nous autres membres du département d’anglais.

     

    II. L’historique


    En 1998, après plusieurs discussions avec des représentants de l'université, à Monaco et à Angers, Liana, amie personnelle de la famille Forkner, a décidé de donner à la Bibliothèque universitaire d'Angers une importante collection de livres, documents, partitions musicales, et autres objets divers ayant appartenu à son mari, décédé en 1993.

    La Bibliothèque universitaire, représentée alors par M. Brouillard, a ainsi reçu plusieurs livraisons de livres, l'une provenant d’une maison de campagne des Burgess située dans le Midi où A. Burgess avait rédigé The Pianoplayers, et l'autre de Malte où Anthony et Liana avaient vécu plusieurs années avant de s'installer en Italie – puis à Monaco.

     


     

     

     

     

     

     

     

     

    Lettre de donation de Liana Burgess à la bibliothèque universitaire d'Angers

     

     

     

     

     

     

     

    C’est Ben Forkner, professeur de littérature anglophone, retraité en septembre 2009, qui constitue le lien direct entre Anthony Burgess et l'université d'Angers.  Ben avait rencontré Burgess à l'université de Caroline du Nord, à Chapel Hill, à la fin de ses études. Il avait une vingtaine d’années lorsque Burgess avait été invité par Chapel Hill à passer un mois sur le campus en tant qu'écrivain "en résidence".


       III. Anthony Burgess, le prodige


    Un jour, selon le récit de Ben Forkner posté sur le site du Anthony Burgess Center créé par Valérie Neveu, Burgess a stupéfié les étudiants du campus en donnant cinq cours différents, non pas sur des sujets généraux de son choix, mais en suivant les questions au programme inscrites à l'emploi du temps.

    Quand Ben Forkner est venu en France, au début des années soixante-dix, il a de nouveau rencontré Anthony et Liana Burgess et ils sont restés en contact depuis. Antony était le parrain du fils de Ben Forkner, Benjamin. Burgess était toujours prêt à accepter une invitation et est venu deux fois à l'université de Nantes où Ben Forkner enseignait, pour donner des conférences. Lorsque Ben s’est installé à Angers en 1981, il a à nouveau invité Anthony Burgess, cette fois-ci pour l'aider à lancer le Journal of the Short Story in English (JSSE).

     


    Anthony Burgess et Ben Forkner en 1983 à Angers

     

    En décembre 1983, Burgess, qui n’aimait pas la nouvelle, a prononcé sa conférence sans notes au premier colloque sur la nouvelle qui s’était déroulé dans la salle au-dessus de la bibliothèque Tousaint, au centre-ville. Il s’agissait d’un chef-d'œuvre d'improvisation selon Ben Forkner, une « improvisation » qui a néanmoins donné lieu à un article magistral. Il a encore été cité pas plus tard qu’une quinzaine de jours, par un spécialiste de la nouvelle ici même au cours d’une journée d’étude sur Adolescence et formes brèves.

    C’est le lancement du JSSE qui a établi le premier lien personnel d’Anthony Burgess avec Angers.

     

    Conclusion … Burgess l’éternel …

    Six symposia, deux ateliers, plusieurs séminaires et huit publications, quatre concerts, une première mondial de son ballet Mr WH/Monsieur Shakespeare…

    • Symposium 2001 "The Avatars of A Clockwork Orange"
    • Symposium 2004 "The Lives of Anthony Burgess"
    • Symposium 2006 "Anthony Burgess: Music in Literature and Literature in Music"
    • Workshop 2009-03-20 "Burgess and Shakespeare"
    • Workshop 2010-03-25 "Mr WS"
    • Symposium 2010 "Marlowe – Shakespeare – Burgess: Anthony Burgess and his Elizabethan Affiliations"
    • Symposium 2014 "A. Burgess and France"
    • Symposium 2017 "Little Wilson and Big God”


     

    Présentation réalisée par Emmanuel Vernadakis