Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Patrimoines en Lettres et Langues


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Axe 4

    Axe 4 : Patrimoines et héritages

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    L’axe 4 du CIRPaLL, fruit de la fusion du CERIEC et du CRILA, a pris la dénomination « Patrimoines et héritages »

    En relation possible avec une réflexion menée à l’UA sur les mutations de la culture patrimoniale faisant valoir diversité culturelle et créativité humaine (voir : Les Nouveaux patrimoines en Pays de la Loire, éd. G. Saupin, J-R. Morice, N. Vivier, PUR, 2013), il s’agit d’appréhender les patrimoines comme héritages – qu’ils soient constitués et conservés pour être transmis (aux descendants, à l’ensemble de la société) ou qu’ils reçoivent après coup cette reconnaissance collective –, mais aussi comme espaces d’expression et de traduction de valeurs (usage du passé, processus de patrimonialisation, tel le numérique), enfin comme patrimoines naturels. L’objectif est de rendre le patrimoine accessible (ainsi en est-il des fonds littéraires de la BU d’Angers ou d’autres fonds manuscrits ou imprimés), ou bien d’en restituer la spécificité, ou bien encore d’y étudier un processus de création. Il est également question d’analyser ses diverses formes de transmission : préservation, réinvestissement, renouvellement.

    On embrassera notamment le domaine de la littérature dans ses rapports avec l’histoire, l’histoire des idées, les sciences, ou encore l’écologie. Le champ d’étude touche ainsi les représentations, qu’elles soient culturelles, politiques, économiques, religieuses ou sociales. Les arts (cinéma, arts plastiques, architecture…) occuperont également le champ en ce qu’ils intéressent les représentations. Il s’agira de la sorte de réfléchir au rapport entre culture(s) et société(s) tout en s’intéressant aux spécificités historiques, narratives, esthétiques et techniques des arts considérés.

    Dans sa globalité, la recherche sur « Patrimoines et héritages » s’organisera autour de l’étude de processus d’évolution ou transformation, de continuité ou de rupture, de préservation ou de (re)valorisation comme de dynamiques créatives ou militantes.

     

    Projets scientifiques 2017-2021

    Afin de mettre en cohérence les différents champs de recherche des membres de l’Axe 4 (civilisation, littérature, histoire, histoire de la littérature, des idées politiques, questions d’environnement, arts, etc), l’équipe a choisi de travailler autour d’un thème fédérateur, conjuguant à la fois un processus et une temporalité :

    « Recevoir, transmettre, changer d’ère ».

    Le travail collectif s’effectuera sous la forme de séminaires qui auront lieu une fois tous les deux mois, le vendredi après-midi, de 13h à 16h.

    Le premier invité sera Benjamin Forkner, de l’Université de Northwestern Louisiana, qui interviendra au mois d’octobre 2017 (date à préciser).

    Un programme détaillé des dates et intervenants du séminaire sera communiqué ultérieurement.

     

    Actualités scientifiques

    - Blandine Colot a organisé le samedi 17 février la 15ème Journée d'Etudes Latines.

     

    SEMINAIRE

    - 30 mars 2018, salle Camille Lepage : Tom Williams  "La préservation, destruction et reconstruction des monuments historiques en Grande Bretagne et en Allemagne, 1940-1955"

    Le bombardement aérien des centre-villes historiques pendant la Seconde Guerre mondiale a suscité de grands débats concernant la préservation, destruction et reconstruction du patrimoine culturel et architectural. Après une brève présentation de l'histoire de la préservation des monuments historiques en Grande Bretagne et en Allemagne, et de la terminologie associée au patrimoine culturel dans ces deux pays, seront abordés les polémiques concernant la préservation et destruction des monuments pendant la guerre, ainsi que les enjeux culturels, patrimoniaux, économiques et touristiques lors de leur reconstruction (ou non-reconstruction). 

    Compte-rendu de la séance :

    Après quelques considérations sur des évolutions terminologiques de l’allemand et de l’anglais autour de la notion de ‘patrimoine’, la question de la reconstruction de villes bombardées lors de la seconde guerre mondiale a été traitée à travers deux exemples : Lubeck (au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987) et Exeter (deuxième ville d’Angleterre par son patrimoine après Bath). Avec le support de photos, d’affiches, de vidéos, notamment tirées des actualités de la Paramount, la présentation de livres-manifestes d’historiens d’arts, d’architectes,  d’urbanistes, T.W. a montré que l’essentiel se joue entre rupture ou continuité, reconstruction ou nouvelle construction. Quel moment aussi de l’histoire reproduire ? S’agit-il de rester dans la ligne du passé, ou simplement d’en garder des traces - à titre notamment d’instruction pour les nouvelles générations - ou, au contraire, d’acter la fin d’une époque en faisant du neuf ?

    La discussion qui s’en est suivie a roulé autour des termes d’authenticité, de valeur, de charme, de reconstitution, de destruction… thèmes dont l’intérêt pourrait aussi être exploité à propos d’autres époques.

    (B.Colot)

    - 13 avril 2018, salle Frida Kahlo : Liza Schulz "Rupture et transmission chez les Juifs d'Alsace, à travers l'oeuvre de Claude Vigée"

    Au cours des siècles, les abords du Rhin ont constitué pour les communautés Juifs d’Alsace un lieu paradoxalement d’enracinement et d’exclusion. Situé au bout de cette chaîne, même le poète moderne Claude Vigée, né en 1921 en Alsace, n’échappe pas à ce schéma et devient à son tour un « voyageur » malgré lui.

    Compte-rendu de la séance :

    L’œuvre de Claude Vigée (pseudonyme pris en 1942), poèmes et essais, tel Un panier de houblon (2 tomes), Le soleil sous la mer,  est irriguée par la question de la double identité juive et alsacienne dont l’auteur se réclame. Le judaïsme alsacien est d’installation très ancienne : jusqu’à la Shoah on  peut parler de judaïsme rhénan, du Rhin comme berceau des Ashkénazes et de la langue yiddish. Exilé aux USA en 1943, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem à partir de 1960, Claude Vigée revient en Alsace dans les années 70. L.S. a illustré la dimension existentielle de l’écriture de C. V. en montrant combien le Rhin est à la fois image de la persécution et du bonheur de l’enfance – la flore, le fleuve, la forêt étant sa « Jérusalem d’Alsace » -, ou que la « barque noire immobile » se révèle autant paysage vécu que symbole biblique ou encore symbole de mémoire. L’écriture elle-même est comme un fleuve « aux eaux vivantes ».

    La discussion qui s’en est suivie a roulé autour de l’importance du paysage, du terroir (et son dialecte) comme lieu d’enracinement (cf. H. Arendt), l’aliment poétique du Rhin, les expériences de rupture et de surcompensation.

    (B.Colot)

    Publications

    Responsables de l'axe

    Colot Blandine
    blandine.colot @ univ-angers.fr

    Yvard Gelareh
    gelareh.yvard @ univ-angers.fr

    Membres de l'axe

    En rattachement principal

    • Bonniord Julie
    • Colot Blandine
    • Darmon Carole
    • Jacquin Gérard
    • Raymond-Dufouleur Emmanuelle
    • Teyssandier Laurence
    • Trigalot Guy
    • Vincent-Goubeau Anne
    • Williams Tom
    • Yvard Gelareh

    En second rattachement

    • Albert Luce
    • Auroy Carole
    • Averseng Hélène
    • Gligor Adela
    • Gourmelen Laurent
    • Grosrey Alain
    • Jourdren Morgane
    • Matthieu Elisabeth
    • Meynard Cécile
    • Ryan-Sautour Michelle
    • Yvard Jean-Michel

    Partenariats

    _